• Ne rien faire, que la regarder découvrir, s'étonner, rire, crier...

    Les pieds dans l'eau

    Voir ses petites jambes gigoter et profiter de ce moment hors du temps...

    De quoi attaquer la rentrée et nos "séparations" quelques jours par semaine avec plus d'entrain !


    1 commentaire
  • Cette phrase, on l'a déjà entendue de nombreuses fois depuis la naissance de Petit Oiseau. Oh que oui, avoir un enfant, ça change la vie.

    Au-delà des problèmes de santé de notre bébé, au-delà de la fatigue commune à tout jeune parent, au-delà de la peur de l'avenir, de l'attente interminable de résultats... Au delà de tout cela, être parent est un vrai bonheur.

    Cela a pu être difficile, lors du retour de l'hôpital de Petit Oiseau, de voir plus loin que sa maladie, d'oublier la présence des professionnels de santé, de ne pas devenir une infirmière ou une kiné pour son propre enfant. De juste se sentir maman, de juste la voir comme un bébé. De profiter de ces moments qui ne reviendront pas.

    Alors pour m'aider, chaque soir, je pensais à trois petits ou grands bonheurs de la journée. Cela n'a jamais été difficile d'en trouver trois.

    Si je continue à le faire, c'est surtout désormais afin de m'endormir avec de jolies images. Afin de ne pas oublier la chance que nous avons.

    Mes petits bonheurs du moment pourraient être :

    • Entendre sa petite voix appeler "mama !"
    • La retrouver le matin au réveil, la voir prendre son temps, enlever sa tétine, la remettre, jouer avec son doudou, être bien
    • L'entendre en grande conversation avec son papa
    • Voir tous les efforts qu'elle met en oeuvre pour progresser, pour bouger
    • Faire des bulles pour elle dans le jardin et la regarder essayer de les attraper
    • La sentir complètement relâchée sur mon épaule, le soir
    • L'entendre rire pendant l'histoire du soir...

    Je ne veux passer à côté d'aucun de ces moments, ni de ceux à venir. Etre parent, finalement, ça ne change pas simplement la vie. Etre parent, c'est revivre.

     

    Ça change la vie

     


    votre commentaire
  • Petit Oiseau adore les livres. Elle les croque, les sent, les patouille, tourne les pages dans un sens et dans l'autre, les ouvre, les referme... Et passe de longues minutes à détailler chaque page. Elle a déjà à sa disposition un certain nombre de livres, offerts ou hérités de ma collection réservée autrefois à mes jeunes élèves...

    Nous avons donc investi dans une petite bibliothèque pour sa chambre, et un étage de notre bibliothèque du salon lui est d'ores et déjà attribué.

    Un livre revient souvent entre nos mains en ce moment, Caché d'Hector Dexet :

    Une page attire particulièrement son attention :

    Des couleurs franches, du blanc, du noir, des animaux rigolos, des petits trous pour faire passer les doigts... Et voilà un Petit Oiseau comblé !

    Et puis, ce livre correspond bien à nos jeux actuels... Attention, attention, coucou ! La voilà ! 


    2 commentaires
  • Cela fait bien longtemps que nous avons entendu résonner son premier rire. Quelques secondes de pur bonheur, à ne rien faire que rire avec elle. J'ai toujours trouvé le rire des bébés irrésistible, je trouve le sien simplement merveilleux.

    Petite liste de ce qui fait rire à coup sûr notre petit oiseau de 8 mois :

    • Lorsque je me mouche et que je m'exclame ensuite "Oh ! J'ai fait la trompette !" wink2
    • Lorsqu'on apparait brusquement devant elle (le coucou/caché rencontre toujours un grand succès !)
    • Lorsque je l'appelle "Bonjour, ma belette !"
    • Lorsqu'on fait le cheval, elle bien blottie contre nous
    • Les chatouilles, particulièrement sous les bras
    • Lorsque son papa prend sa grosse voix
    • Lorsqu'elle crie et que l'on s'exclame "Mais tu nous as fait peur !"
    • De tout, lorsqu'elle est fatiguée

    Et nous, et bien on ne se ménage pas pour entendre son rire encore et encore, parce qu'il illumine notre maison


    2 commentaires
  • Notre premier regard échangé, je ne l'oublierai jamais. Je n'oublierai jamais l'intensité de cet instant, qui pourtant n'a duré qu'une seconde. Encore aujourd'hui, je suis stupéfaite qu'un si petit être, âgé de quelques secondes à peine, ait pu trouver mon regard aussi vite et ne pas le lâcher.

    Son regard a, des ses premiers instants, été son moyen de communication et d'expression le plus efficace.

    Son regard

     

    Pour savoir comment elle va, il suffit de plonger les yeux dans les siens. Tout y transparait : la fatigue, la malice, la douleur, le bien-être, la concentration...

    J'espère ne jamais perdre mon regard sur le sien, et conserver toujours ce lien si spécial entre nous.


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires